Les shippers en liberté

un forum consacré à tous vos couples préférés,
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Attention Diffusion !
Mer 27 Aoû - 19:27 par Pitchounette

» Mes partenaires
Dim 25 Mai - 20:44 par Pitchounette

» Les Collages de Sylvie....
Mer 9 Jan - 23:05 par Pitchounette

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 24 Décembre - 17 h 57....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:40

Auteur : Sylvie
Catégorie : Une alternative à l'épisode Accident (saison 10).. en cours
Rating : PG 13 ans par principe.
Personnages: Harm, Mac, l'Amiral, Mattie et divers personnages de la série.
Disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas. Ils sont la propriété de DBP et Bellissarius Production. Je n'ai fait que les emprunter………..Etc..
Résumé : Comme son nom l'indique c'est la veille de Noël.... Mac a un accident de voiture....




QG. Du JAG – Falls Church
Virginie – 24.12.2005 – 17 h 30


Le plateau du JAG était quasiment désert depuis environ 30 minutes… Seuls restaient les marines assurant la sécurité et deux plantons de garde dans le cas où…

Assis près de son bureau, le regard perdu vers la fenêtre, Harm cherchait sans y parvenir, à trouver une solution pour se défiler élégamment de l’invitation des Roberts à venir prendre le lait de poule traditionnel avant la messe de minuit…

Il était ennuyé de leur refuser. Il allait décevoir son filleul, et cette réunion amicale était devenue une institution au fil des années. De plus Harriett, en congé parental, se faisait une joie d’accueillir ses anciens collègues et de leur présenter les deux petits derniers Nicky et David… …

Il les avait vus la semaine passée en allant chercher AJ.Jr pour leur sortie « entre hommes »… Deux petits anges, et enfin une fille, elle ne remplacerait jamais la petite Sarah, décédée après quelques heures ! Mais les jeunes parents avaient accueilli cette petite poupée avec une joie non dissimulée, après l’arrivée de trois garçons ! Au jeu des ressemblances, il n’était pas doué, mais il était flagrant que Nicky était le portrait de Harriett, deux immenses yeux bleus illuminaient son petit visage, et l’amorce de sourire qu’elle offrait à ses admirateurs, rappelait celui de sa mère. Un seul point de différence : le bébé était pourvu d’une tignasse noire et hirsute en rien comparable aux cheveux blonds de sa maman… Mais c’était normal chez un nourrisson, lui avait-on répondu… Alors !

Il songea l’espace d’un instant à l’enfant qu’il n’aurait pas…. A qui aurait-il ressemblé ? Aurait-il eu ses yeux sombres ou les miens… Il chassa aussitôt cette idée pour revenir à ses préoccupations du moment.

Comment faire ?... Certes, il pourrait quitter l’assemblée sans problème, pour se rendre au Mur. Tous ses amis savaient combien cette démarche était importante pour lui.. Mais avant cela, il faudrait affronter le regard inquisiteur de Sturgis, à qui il était difficile de mentir ! Ils se connaissaient depuis si longtemps, depuis l’Academy… Même si ces derniers temps une sorte de tension s’était installée entre eux, la présence de Varèze, n’empêcherait pas son compagnon, de ressentir son peu d’enthousiasme…

Depuis le départ de l’Amiral et sa nomination à la tête du JAG à titre provisoire, Sturgis avait adopté un comportement un peu hautain, voire arrogant, lequel avait passablement exaspéré Harm et Mac. Même Bud avait parfois réagi devant le zèle un peu trop flagrant de ce JAG par intérim…. Quant à Jennifer, c’était la quasi guerre ouverte. Elle n’oubliait pas les remontrances injustifiées du capitaine, quand il n’obtenait pas satisfaction auprès de ses collègues officiers…

La sonnerie du téléphone le ramena à la réalité :
- Capitaine Rabb.
- Bonjour Harm, çà n’a pas l’air d’être la grande forme ?
- Mattie… Comment vas-tu ma puce, prête pour la soirée ?
- Oui, c’est pour çà que je t’appelle, Papa et moi allons bientôt partir chez ma tante, nous avons plus d’une heure de route… Mais toi tu es bizarre …
- Rien de grave, ne t’inquiète pas et amuse toi bien, salue Tom de ma part.
- Tu es sûr ?
- Certain… Et n’oublie pas qu’il y a un paquet pour toi à la maison…
- Je sais, Jen me l’a dit…
- Et bien, je vois que mes secrets sont bien gardés…
- Tu vas au Mur ce soir…
- Oui, comme chaque année…
- Mais tu vas aussi chez Bud et Harriett, çà va être sympa, j’aurais bien aimé y aller …
- Je sais ma puce, mais tu es avec ton père, ta famille, c’est très important… Alors passe un bon Noël Mattie…
- Harm !
- Oui !
- Toi aussi passe un bon Noël, et souhaite-le de ma part à tout le monde chez les Roberts…

A suivre....

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:41

Maison de Mattie & Tom Jonhson
Blacksburg –Virginie


Chez les Roberts !... Mattie avait raccroché sur ces derniers mots, émue et quelque peu soucieuse. Harm lui avait paru triste, mal à l’aise…

Lui en voulait-il de son absence ? Pourtant il l’avait encouragée à passer les fêtes avec son père et sa famille, arguant du fait que Tom faisait des efforts énormes pour redevenir sobre, qu’il s’y tenait… Sa présence à ses côtés serait la meilleure des récompenses…

A bien réfléchir, la jeune fille se dit que le problème de venait certainement pas de là… Elle se souvint que Mac n’était pas venue depuis une éternité à l’appartement… Et Jen lui avait rapporté qu’au bureau, l’ambiance était des plus tendue entre les deux collègues… Ces deux-là se disaient les meilleurs amis et pourtant ! Que c’est compliqué les adultes se dit-elle, avant d’attraper son manteau pour rejoindre son père.


Bureau de Harm – Q.G. du JAG
Falls Church – Virginie – 24.12.2005 - 17 h 40


Harm avait reposé le téléphone… Il s’en voulait de n’avoir pas su cacher sa gêne à sa pupille, avec elle il fallait être vigilant, elle lisait en lui comme dans un livre ouvert… Bah ! Songea-t-il, dans une heure, elle n’y pensera plus, en revanche à son retour, j’ai intérêt à prévoir une réponse à ses questions…

Il ramassa machinalement les quelques papiers qui traînaient sur son bureau, classa un ou deux dossiers, laissant bien en vue, l’affaire en Cour Martiale qu’il devait préparer avec Mac… Et c’était très mal parti… L’affaire était délicate, un capitaine de Marines Scott Lévine, jugé pour le meurtre de son épouse Anita… Cette dernière avait un passé peu recommandable, adultère, alcoolisme en privé comme en public, désintérêt absolu pour ses enfants… Mais on ne fait pas justice soi-même, et le crime avait été prémédité, il n’y avait aucun doute… La seule issue possible était d’éviter la peine de mort, ne serait-ce que pour les enfants du couple…

Quel Noël allait passer ces deux gamins ? Agés de 14 et 11 ans, Dimitri et Steven avaient été confiés avec l’aide de Mac, au foyer où Chloé avait vécu avant de retrouver son père…. Ils n’avaient aucune autre famille….

Mac ! C’était un de ses adorables côtés. Jamais un enfant n’était resté sur le chemin dans les affaires qu’il lui avait vues traiter avec ou contre lui…. Peut-être sa propre enfance ? Chloé était la preuve de ce qu’elle pouvait réussir dans ce domaine… Seulement pour ces deux adolescents, il ne fallait pas attendre de miracle... Au mieux, quand leur père sortirait de prison, ils auraient tous les deux largement dépassé la trentaine…

Grandir sans père ! Il connaissait. Il avait cependant vécu entouré d’affection, celle de sa mère et surtout celle de Sarah sa grand-mère, la femme de sa vie… Enfin la seconde…

Sarah !... Une autre Sarah désormais occupait son esprit et son cœur… Mais avec celle-ci la chose n’était pas aisée. Il en était en partie responsable, n’ayant jamais su lui exprimer ce qu’il ressentait pour elle… Mais elle était tellement imprévisible ! Au moment où il pensait que les choses s’arrangeaient entre eux, elle faisait machine arrière, le renvoyant sèchement…

La soirée de l’Amiral lui revint à l’esprit… Il s’était peut-être montré trop indifférent à la mort de Webb... Ce qui l’avait blessée… Pourtant, lui aussi était touché. Si Clay était réellement décédé… Et on pouvait se poser la question avec lui, bien que cette fois, il y eut peu de place pour le doute ! Son seul souci avait été de réconforter Mac, de l’assurer de son soutien, dans la double épreuve qu’elle traversait, sa maladie et la mort d’un petit ami avec qui la relation était plutôt chaotique, voire terminée…

Elle l’avait repoussé, sans trop de ménagement, lui demandant du temps pour reprendre ses esprits… Depuis plus rien ! Leurs échanges étaient strictement professionnels et même dans ce domaine, limités au minimum… La Cour Martiale à préparer serait un test. Ils devaient assurer la défense ensemble, et déjà, ils avaient eu quelques désaccords à propos de l’épouse assassinée….


PC Autoroutier Hillwood – Virginie
24. 12.2005 – 18 h 05


De son hélicoptère, l’agent de surveillance venait d’apercevoir une voiture rouge sortir de la route. Le véhicule était allé s’écraser contre les arbres de la forêt avoisinante. Il appela aussitôt le P.C.

- Ici Agent Delsey…Vous me recevez ?
- 5 sur 5 Delsey…
- Envoyez toute de suite une ambulance au kilomètre 14, RN 56, dans le sens Bethesda, Washington, un coupé rouge a quitté la route, le conducteur semble coincé, je ne vois personne…
- C’est parti… Grave ?
- Vu l’état du véhicule… De l’hélico je ne vois pas. Bien que les phares soient restés allumés. Mais si il s’en sort vivant, c’est un petit veinard ou il a un bon ange gardien...
- Un autre véhicule à proximité ?
- Non rien à la ronde, je refais un tour…. Vous informe si je vois quelque chose de suspect…. J’aperçois l’ambulance… Merci pour celui qui est en bas…

Hillwood – RN 56 – Virginie
24. 12.2005 – 18 h 15


L’équipe de secours et la Police se dirigèrent immédiatement sur les lieux… Arrivant sur place, les secouristes se précipitèrent…
- Vite les gars, c’est une femme, elle respire encore…
- On peut ouvrir la porte…
- Non… Merde ! Il va falloir y aller au chalumeau… Attend, je peux peut-être arracher la portière… De l’autre côté ce n’est pas possible…Ouf… Une chose de faite !
- Elle a dû verrouiller ses portes de l’intérieur, sinon elles se seraient ouvertes dans le choc…
- Dépêchez-vous j’ai peur qu’elle nous lâche, je perds son pouls…
- C’est bon, on arrive... Allons-y doucement, mettez-lui la minerve… A 3 on soulève et on la pose sur la civière…

A peine 5 minutes plus tard dans l’ambulance

- Il faut lui donner de l’oxygène Pit…
- Ok.. Elle ne semble pas trop grièvement atteinte… En apparence du moins …
- Pit ! Pas de commentaire. Garde-les pour les toubibs…
- On l’emmène où ?
- A Pennington, je viens d’avoir l’accord, ils nous attendent… Si çà leur pose problème ils la transféreront à Bethesda, mais ce sont eux les plus proches…
- Chef ? Elle n’est pas mariée, elle ne porte pas d’alliance, juste une bague…
- Bah mon vieux Pit, il y a des imbéciles partout ! Une jolie femme comme çà, célibataire… On croit rêver… Quel gâchis !
- Haaa… Haaa..
- Cà va aller Madame… Vous avez eu un accident… N’ayez pas peur.
- ….
- Vous serez à l’hôpital dans quelques minutes, ne vous inquiétez pas.
- Haarm… Oùùù… Est… Haaarmmm…
- Que dit-elle Pit ?
- Apparemment, elle réclame quelqu’un….
- Nous arrivons je verrai çà avec les infirmiers.

A suivre....

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:45

Centre Hospitalier de Pennington
Sleepy-Hollow – Virginie


Il ne fallut pas 10 minutes à l’ambulance pour arriver aux Urgences de l’hôpital.
- Bonsoir les gars… C’est l’officier dont vous nous avez parlé…
- Rien de grave en apparence, mais le choc a été violent, la voiture est bonne pour la casse…
- A part çà…
- Son pouls n‘est pas très régulier, mais elle tient le coup… Autre chose, elle a parlé durant le trajet, elle appelle un certain Harm si nous avons bien compris…
- Son mari ou son petit ami ?
- Voilà son sac… Pour le reste nous n’avons pas vérifié le contenu du véhicule… La Police s’en charge…
- On s’occupe d’elle… Mais elle passera pas un bon Noël…
- Haaarm…
- C’est le nom qu’elle a réclamé tout à l’heure...
- Ok ! Merci du renseignement…

Quelques minutes plus tard le Colonel Sarah Mackenzie était admise en salle de soins, et prise en charge par l’équipe médicale. Au bureau, l’interne et la secrétaire s’inquiétèrent de savoir qui prévenir…
- Elle n’a pas d’alliance, mais elle a peut-être un petit ami, Joy…
- C’est possible… Mais comment le trouver ?
- Regarde dans son sac s’il y a un carnet, ou son téléphone portable…
- Un agenda, un portefeuille, mais pas de téléphone.
- Il a pu être éjecté lors de l’accident… Montre ce carnet…
- Attend Dan… Un rendez-vous à Bethesda, aujourd’hui avec le docteur McCool…
- C’est un psy. Regarde dans la liste sur mon bureau, il y a son numéro direct…
- Oui, mais à cette heure-ci et un soir de fête, elle est certainement partie.
- D’accord, mais essaie quand même… Joy composa le numéro de l’hôpital…Alors ?
- Son répondeur… Mais les ambulanciers n’ont pas dit qu’elle avait réclamé quelqu’un ?
- Si… Un certain Harm…
- Tu parles, avec çà !... A moins qu’ils ne travaillent ensemble ?
- Ma petite Joy, sache que dans l’armée, la fraternisation est très mal vue…
- Ben voyons…Si on appelait au JAG, il y a certainement quelqu’un ?
- Oui… Un planton… Mais sûrement pas le Harm en question, ma jolie…
- Et attends… Harmon Rabb !.... Avec l’adresse et les numéros de téléphone, portable, privé… Si c’est son cousin… Je te paie le restau…
- Montre-moi… Bingo… Je crois que tu as trouvé l’oiseau rare… Bravo Joy… Me reste à trouver ce Monsieur, en espérant qu’il ne soit pas à l’autre bout du pays…



Bureau de Harm – Q.G. du JAG
Falls Church – Virginie – 24.12.2005 - 18 h 50


Depuis environ une heure, Harm tournait en rond dans son bureau… Il était bientôt 19 h… Et impossible de savoir où était Mac.

Après avoir rangé ses notes, et jeté un dernier coup d’œil au dossier en cours, il avait extrait les copies de ses conclusions pour les porter au Colonel, afin qu’elle en prenne connaissance et les modifie au besoin. Il était environ 17 h 45… L’un et l’autre avaient promis au général de rester au bureau jusqu’à 18 h en cas d’urgence.

Certain de trouver Mac fidèle au poste, il se dirigea vers ses quartiers. La porte était fermée, il cogna une première fois, puis une seconde, sans succès… Au troisième échec, il ouvrit s’attendant à la voir plonger dans ses dossiers… Personne ! Il entra, surpris. D’un regard, il comprit qu’elle n’était pas là. Son imperméable n’était pas accroché à la patère, sa table était à peu près rangée. Cependant il vit son attaché-case posé sur le bahut à côté d’un sac de grand magasin.

Cette découverte l’étonna davantage. Elle avait quitté son poste avant l’heure sans rien dire. Elle avait laissé son attaché-case et un sac contenant quelques paquets cadeaux… Intrigué il interrogea les deux plantons, aucun n’avait vu le Colonel.

Il reprit le chemin de son bureau et saisissant son portable appela celui de Mac. Il obtint la messagerie, il essaya à son appartement, même résultat.

Où pouvait-elle bien être ? Ce n’était pas son genre de ne pas respecter ses engagements professionnels, quant aux paquets ? Là non plus il ne voyait pas d’explication… Il réfléchit un moment aux divers endroits où elle pouvait s’être rendue… Rien ne retint son intérêt….

Décrochant son téléphone, il songea appeler Harriett, puis se ravisa, à quoi bon l’inquiéter… Il composa le numéro de Jennifer.
- Allo Jen’
- Oui Monsieur ! Il y a un problème, vous avez une drôle de voix…
- Non tout va bien … Mais savez-vous si le Colonel est partie plus tôt cet après-midi ?
- Pas à ma connaissance, elle s’était portée volontaire pour assurer la permanence tout comme vous. Pourquoi cette question ?
- Je la cherche depuis un bon moment pour lui remettre des documents… Elle a dû partir un peu plus tôt que prévu…
- C’est étonnant…Elle avait un rendez-vous en fin de matinée, l’avez-vous vue après ?
- J’ai déjeuné à l’extérieur, je n’ai pas fait attention... Et comme en ce moment le dialogue n’est pas des plus fourni…
- Sauf votre respect, Monsieur, nous nous en sommes aperçus sur le plateau… Et ce soir, comment allez-vous faire ?
- J’ai reçu le message Jen’, merci… En attendant je voudrais bien savoir où elle est passée… Je vais attendre encore un peu… A plus tard Jen’.

Un regard à sa montre, lui indiqua qu’il était 18 h 45… Il réalisa que pour la première fois depuis des années, il avait oublié l’heure où son père avait été abattu : 17 h 57. Il y avait juste tente six ans… Il se tourna vers la photo toujours en bonne place.
- Désolé Papa… Mais elle va me faire tourner en bourrique… Tu sais combien elle compte pour moi… Ne m’en veux pas… Et si tu veilles sur moi, veille aussi sur elle, sinon ce n’est pas la peine… Papa, s’il lui arrivait malheur, je deviendrais fou…

Dieu merci, il était seul, personne ne pouvait entendre son monologue… Il était près de 19 h, il se décida à partir non sans avoir mis un nouveau message sur le portable et sur le répondeur de la ligne privée de Mac.

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:47

Bureau de Harm .....

Il allait refermer la porte de son bureau quand le téléphone le fit sursauter,
- Rabb !
- Harmon Rabb ?
- Lui-même !
- Ici les Urgences du Centre Hospitalier de Pennington. Sarah Mackenzie a eu un accident !…
- Comment ? Quand est-ce arrivé ?
- Elle a été amenée chez nous il y a environ une heure… Vous êtes de sa famille ?
- Je suis son ami… J’arrive le plus vite possible… C’est grave ?
- Je suis au secrétariat, je ne peux rien vous dire... Désolée Monsieur…

Harm reposa le combiné. Son sang s’était glacé dans ses veines… Hillwood ! Que faisait-elle par là ! Il devait y avoir un monde fou sur la route, pourvu que… Non il refusait de croire au pire… Ce n’était pas possible. Pas Elle. Mon Dieu je vous en prie… Si vous existez quelque part…. Pas Elle… Et son opération… Il avait oublié d’en parler… Elle est déjà si fragile en ce moment…

Ne prenant pas le temps d’attendre l’ascenseur, il dévala les escaliers et se rua sur la corvette en stationnement… Il sortit du parking en trombe, le crissement des pneus sur le gravier fit sortir les deux gardes de leur poste…

Il connaissait l’établissement, deux ou trois enquêtes l’avaient mené à aller y interroger des témoins. Il contourna les rues encombrées et se dirigea vers la petite ville…

Il conduisait en aveugle, devant ses yeux, passaient le kaléidoscope des images qui avaient jalonnées leurs deux vies depuis leur rencontre dans la Roseraie de la Maison Blanche…Et elles étaient nombreuses, les nuits dans le désert afghans, le meurtre de Chris, Sydney, le Paraguay, Sadick, et bien sûr l’épopée en Russie. Aux images de Sarah, se mêlaient celles de son père… Et cette soirée chez l’Amiral où l’on célébrait les fiançailles de Sarah et de ce Brumby de malheur….

Dieu merci, il ne croisa personne, et aucun policier du Comté ne vint stopper sa course folle. Il arriva sur le parking de l’hôpital, comme il avait quitté celui du JAG et se précipita vers l’accueil.

Centre Hospitalier de Pennington
Sleepy-Hollow – Virginie – 19 h 40


Joy leva la tête à l’arrivée de cette tornade bleue de nuit. Un regard d’acier, bourrelé d’angoisses se planta dans le sien en annonçant :
- Je suis le Capitaine Harmon Rabb…
- Dieu qu’il est beau ! Songea la jeune fille avant de s’entendre réponde
- C’est moi qui vous ai appelé, je vais voir si le Colonel est dans sa chambre, un instant s’il vous plait !

Disant cela, l’hôtesse avait appelé le service des urgences et obtenu l’information souhaitée.
- Capitaine, si vous voulez bien patienter quelques minutes dans la Salle d’attente, on va venir vous chercher pour vous conduire auprès du Colonel.

Il ne prit pas la mesure rassurante de l’affirmation. Il entra dans le salon, saluant distraitement un couple de quinquagénaires. Son cerveau fonctionnait à MAC 3 !!!! Comment allait-il la retrouver. Ses inquiétudes sur son état de santé reprenaient le dessus…
- Capitaine Rabb !
- Oui !
- Dan Elliott… Je suis l’interne qui a pris le Colonel en charge lors de son arrivée…
- Comment va-t-elle ?
- Elle sera dans sa chambre dans quelques minutes… Mais rassurez-vous, elle n’est absolument pas en danger. Vous êtes de sa famille ?
- Non, son ami. Elle n’a aucune famille. Nous sommes seuls à Washington…
- Avant de la voir, le Docteur Clark, notre patron voudrait vous poser quelques questions…
- Je suis à sa disposition…

Les deux hommes gagnèrent l’étage supérieur. Harm fut introduit dans le bureau du Médecin Chef, un grand gaillard blond l’accueillit avec un large sourire,
- Vous êtes de la famille du Colonel ?
- Non, comme je viens de le dire, nous sommes amis et elle n’a pas de famille. Mais je peux cependant répondre à nombre de vos questions, nous nous connaissons depuis plus de neuf ans et travaillons ensemble. Nous sommes aussi proches qu’il est possible de l’être…
- Je vois.
- Sachez toutefois, que nous n’avons que des rapports d’amis, pas plus…
- Que savez-vous de sa santé, Capitaine ?
- Qu’elle a de sérieux problèmes et qu’elle risque de ne jamais être mère. Cet accident peut-il aggraver son état ?
- Non Capitaine, elle n’a pas subi de traumatisme à l’abdomen… Elle n’a d’ailleurs aucun traumatisme sérieux… J’aimerais qu’elle me donne l’adresse de son ange gardien… Vous avez vu sa voiture ?
- Je ne sais pas où a eu lieu l’accident… Dès votre appel je suis arrivé ici au plus vite. A quelle heure et où, a-t-elle eu cet accident ?
- La pendule de sa voiture et sa montre, sont restées bloquées à 17 h 57… Nous pensons que c’est le choc. Donc l’heure de l’accident, çà c’est passé à sept kilomètres d’ici en direction de Washington …
- 17 h 57 dites-vous ? Harm avait de nouveau senti son sang se glacer dans ses veines !!!
- Oui Capitaine, quelque chose vous trouble ? Cà ne va pas…
- Mon père a été abattu au Vietnam le 24 Décembre à 17 h 57….Il y a trente six ans !!!….
- Désolé… Quelle sinistre coïncidence ! Veuillez m’excuser….
- Je vous en prie… Vous ne pouviez pas savoir…
- Capitaine…Je dois vous poser une question un peu délicate… Pensez-vous que le Colonel ait pu tenter de se suicider ?

Harm regarda le médecin avec stupeur… Avant d’ouvrir la bouche pour une éventuelle réponse, il s’assied dans le fauteuil près duquel il se tenait depuis son arrivée dans le bureau,
- Suicider ? Qu’est-ce qui vous fait penser à cela ?
- Ce n’est pas moi, c’est l’Officier de Police qui nous l’a envoyée. Son véhicule a quitté la route, sans raison apparente. Il n’y a pas d’autre voiture impliquée, la chaussée était humide, sans plus…. Et nous avons trouvé dans les papiers du Colonel la carte d’un psy de Bethesda qu’elle a rencontrée aujourd’hui…
- Le Docteur McCool ! C’est son médecin attitré.
- Un psy ?
- Oui… Elle a une grande confiance en elle. Le Dr McCool l’a prise en charge, à la suite d’une prise d’otage très violente dont elle a été la victime. Depuis, Sarah entretient avec ce médecin des relations presque amicales…
- Donc vous ne pensez pas qu’elle soit dépressive ?
- Pas au point de se suicider…. Elle est très affectée par sa quasi stérilité, certes… Et notre métier n’est pas toujours facile…. Mais tout de même !
- Vous êtes avocats ?
- Oui, mais nos enquêtes nous amènent à partir fréquemment sur des théâtres d’opérations, le Colonel est un Marine, avec tout ce que cela comporte de force morale et physique… Pour ma part je suis pilote de chasse.
- Elle avait des projets pour ce soir, à votre connaissance ?
- Nous devions passer la soirée chez des amis, les parents de notre filleul…
- Et rien d’autre ?
- Nous nous réunissons pour le Réveillon et la Veillée de Noël chez ce couple depuis plusieurs années, avec lequel nous sommes également collègues de travail. Le jour de Noël, chacun a ses activités personnelles, Sarah passe généralement cette journée auprès des enfants déshérités, à l’hôpital ou dans des foyers, il m’est arrivé de l’y accompagner seul ou avec des amis.
- Donc d’après vous le Colonel n’aurait aucune tendance suicidaire…
- Je ne peux en aucun cas être formel, les plus proches sont souvent les derniers avertis… Mais je la connais assez pour savoir qu’elle est solide et que la vie ne l’a pas ménagée par le passé et de manière plus violente encore. Et elle a tenu bon…
- Très bien Capitaine. Je ne vais pas vous retenir plus longtemps, vous pouvez aller la voir… Elle dormait quand nous l’avons descendue dans sa chambre, c’est normal, nous lui avons administré de légers calmants…. Je passerai dès que j’aurai récupéré tous les résultats d’examens… Une dernière chose, elle a reçu l’airbag en pleine face…
- Elle ne va pas être défigurée ?
- Absolument pas, c’est l’affaire de quelques jours, ne soyez pas inquiet… Dès demain, déjà il y paraîtra moins…
- Je pense passer la nuit près d’elle, çà ne pose pas de problème je suppose ?
- Pas le moindre au contraire, je vais vous envoyer une infirmière, vous verrez avec elle pour améliorer votre installation. A tout à l’heure Capitaine.

A suivre....

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:49

Ventre Hospitalier ....

Précédé de Dan Elliott, Harm quitta le bureau du Dr Clark pour se rendre dans la chambre de Sarah. Arrivé sur le seuil de la porte, il marqua un temps d’arrêt.
- Vous pouvez entrer, Capitaine, elle dort encore, c’est l’effet des calmants. Je vais prévenir que vous souhaitez passer la nuit avec nous, mes collègues en seront ravis de savoir que le Colonel est en de bonnes mains. En compensation vous partagerez notre repas de Noël…
- Je vous remercie, mais je dois dire que je n’ai pas faim…
- Allez vous installer, elle peut dormir encore un bon moment, si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à appeler.

Dan tourna les talons et disparut dans le dédale des couloirs.

Harm s’approcha doucement. Déposa sa casquette et son manteau, il s’aperçut que ses mains tremblaient sous la crispation.
- Dieu merci, elle n’est pas défigurée en effet…. Se dit-il.

Il observait avec attention les traces rouges, en particulier à la hauteur de la bouche et sur la joue droite. Ses mains étaient marquées de coupures multiples. Il frémit à l’idée de ce qui aurait pu arriver. La voiture était fichue. Le choc avait été violent. Par quel miracle s’en était-elle sortie ainsi ?

Il se souvint de la prière adressée à son Père durant le temps où il l’avait attendue au bureau. A cette heure pourtant, l’accident s’était déjà produit… Son Père avait-il déjà compris de là-haut, que veiller sur lui sans veiller sur Mac ne servirait à rien ? Il se remémora qu’à maintes reprises, il avait imploré Hammer de prendre soin d’eux quand les événements s’avéraient dangereux…

Sarah tenait une telle place dans sa vie… De cela aussi, le grand absent devait avoir connaissance… Il aimait cette femme comme jamais il ne pourrait en aimer une autre, ses échecs successifs en étaient la preuve formelle…. Le seul problème avec Sarah, se résumait à son incapacité à lui exprimer ses sentiments au moment opportun…

Il s’assied dans le fauteuil près du lit. Les avant-bras posés sur les genoux, il regarda intensément la jeune femme endormie, n’osant prendre sa main de peur de l’éveiller.

Un spasme passa sur son visage.
- Haaarrmm…
- Je suis là tout va bien,
- Oooùùù…. Est…Haaarrmmm… Elle parlait dans son sommeil…

Dan fit irruption dans la chambre, accompagné d’une infirmière, et regarda aussitôt le moniteur placé près du lit.
- Qu’a-t-elle Docteur ?
- Ce n’est rien, elle ne va certainement pas tarder à revenir parmi nous… Elle n’a pas cessé de vous réclamer depuis qu’elle est là… Ajouta Dan ave un sourire de sous-entendu….
- Pour ma part, je viendrai tout à l’heure Capitaine, lui lança l’infirmière.

Ils quittèrent la chambre le laissant seul. Il s’enhardit à prendre sa main, et la caressa doucement, il eut l’impression, qu’elle tentait de serrer ses doigts…
Il consulta sa montre. Bud et Harriett !... Il avait totalement oublié de les prévenir. Leurs amis devaient les attendre. Encore une vingtaine de minutes et ils s’inquiéteraient. Il prit son portable, sans lâcher la main de Mac. Appuyant sur le rappel automatique, il obtint Jennifer.
- Allo Jen’, c’est Harm.
- Où êtes-vous ? Avez-vous des nouvelles du Colonel, elle n’est pas encore arrivée ?
- Jen’, Mac a eu un accident. Je suis auprès d’elle à l’hôpital.
- C’est grave Monsieur ?
- Cà aurait pu l’être… Je vous rappellerai un peu plus tard. Prévenez Bud et Harriett… Je suis dans sa chambre je ne peux rester longtemps au téléphone, dès que possible, je vous recontacte…
- Bon courage Capitaine !

Résidence des Roberts - Rosslyn
Virginie – 24.12.2005 – 21 h


Bud descendait les escaliers, quand il vit sa jeune collègue, le portable à la main et visiblement contrariée…
- Qu’y a-t-il Jennifer, vous êtes toute pâle ?
- C’est le Capitaine Rabb, le Colonel a eu un accident, Monsieur…
- Harriett vient vite s’il te plait, appela Bud qui ne parvenait pas à assimiler ce que venait de lui révéler Jennifer
- Cà ne va pas Jen’ ? Qu’est-ce qui ce passe Bud ?

Sturgis et Vareze avaient entendu l’appel de Bud et s’étaient approchés tout comme Mickey et Cammie. Tous cherchaient à comprendre la raison du bouleversement du jeune Quartier Maître
- Je viens de recevoir un appel du Capitaine Rabb, le Colonel a eu un accident de voiture… Il est avec elle à l’hôpital. Il a promis de nous appeler dès qu’il le pourrait.
- Vous a-t-il dit si c’était grave ? Questionna Harriett, les larmes aux yeux,
- Apparemment pas, mais il a précisé que çà aurait pu l’être…
- S’il est avec elle dans sa chambre, çà signifie qu’il n’y a pas d’opérations en cours, c’est plutôt rassurant, remarqua Sturgis.
- En effet, et dans la chambre, c’ests toujours difficile d’utiliser le portable… Attendons un peu. Il sait que nous sommes inquiets, il va rappeler, compléta Bud…
- Nous avons encore un bon moment avant d’aller à la Chapelle, espérons qu’il nous donnera des nouvelles avant que nous partions, conclut Sturgis.

L’Amiral et Vareze étaient restés silencieux. Mais l’un et l’autre savaient que Mac traversait une période de fragilité. Cet accident n’allait pas arranger les choses.
- Savons nous comment Harm a été prévenu ?
- On aura trouvé ses coordonnées dans les papiers de Mac, rétorqua Sturgis
- Oui, je n’y avais pas songé. Mais je suis rassuré de le savoir près d’elle.
- Nous aussi Monsieur. Dirent ensemble Bud et Harriett…
- Ces deux-là sont toujours plus ou moins à couteau tiré mais quand un problème arrive, ils ne sont pas capables de le surmonter l’un sans l’autre…
- Vous avez raison Amiral… Cet après-midi le Capitaine cherchait le Colonel partout. A croire qu’il avait un pressentiment, raconta Jennifer.
- Mes amis nous ne pouvons qu’attendre et prier pour ceux qui le souhaitent… Mais quel Noël ils vont passer tous les deux, renchérit Vareze.
- C’est une mauvaise date dans la vie de Harm. Répondit Sturgis. Tu sais ma chérie que c’est le jour où son père a été abattu au Vietnam…
- Non je l’ignorais, je savais que son père avait été porté disparu, mais pas la date… C’est affreux…

A suivre.....

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:53

Centre Hospitalier de Pennington
Sleepy-Hollow – Virginie – 21 h 15


Elle dormait toujours, mais semblait plus paisible… Peut-être percevait-elle sa présence, il tenait sa main enfermée dans la sienne, guettant sur ce visage, dont il ne voyait pas même les traces du traumatisme, le moindre signe d’éveil.

Cependant il commençait à reprendre pied dans la réalité. Elle n’avait rien de grave. Quelques jours de repos et elle serait de nouveau en bonne forme. Le médecin avait été formel, aucun dommages sérieux…
- Merci mon Dieu de l’avoir épargnée… S’il lui arrivait malheur… Je vous promets que cette fois, il faudra qu’elle entende ce que j’ai à lui dire… Et si elle me repousse, au moins, elle saura…

Cessant son monologue, il passa sa main libre sur son visage, puis posa sa tête sur le dossier du fauteuil, essayant ainsi de se détendre un peu. Il eut l’impression pour la seconde fois que les doigts de Mac se resserraient dans sa main… Il attendit, en vain.

Il dut s’endormir d’épuisement durant à peine une heure. Se réveillant en sursaut, il vit entrer l’infirmière. Cette dernière lui fit signe que tout allait bien. Elle lui montra la couverture amenée pendant son court sommeil, ainsi qu’une bouteille d’eau et quelques autres objets. Puis reportant son regard une nouvelle fois vers Sarah, elle s’approcha
- Avez-vous besoin de quelque chose ?
- Je voudrais sortir un moment passer un appel téléphonique à des amis chez qui nous devions passer la soirée, mais je n’ose pas la laisser, si elle s’éveillait…
- Appelez d’ici, il n’y a aucun problème. Vous ne dérangerez personne. Je vous apporterai un plateau repas tout à l’heure. Le Dr Clark y tient absolument.
- Remerciez-le de ma part. Je vais appeler nos amis.
- Entendu. A plus tard. Mais elle est paisible, rassurez-les…

Il attrapa son portable et se résolut à lâcher la main de Mac avec la plus grande douceur. Il composa le numéro de Bud et Harriett. Cette dernière décrocha quasi immédiatement.
- Harriett,
- Comment va-t-elle ?
- Elle dort, elle est sous l’effet des calmants. Mais Dieu merci, elle n’a rien de grave… Sa voix s’étrangla
- Que lui est-il arrivé et quand ?
- Je ne sais rien des causes, on m’a appelé pour me prévenir alors que j’allais quitter le bureau, je suis parti aussitôt.
- Où est-elle hospitalisée à Bethesda ?
- Non à Pennington. Son accident a eu lieu à sept kilomètres…
- Et vous Harm, comment vous sentez-vous ?
- A dire vrai Harriett, je suis encore un peu sonné. J’ai eu tellement peur ! L’équipe médicale m’a rassuré, j’ai pu constater qu’elle n’avait rien de grave. Mais c’est un vrai miracle. Sa voiture est parait-il, dans un état effroyable…
- Vous restez là-bas cette nuit ?
- Je ne la quitte pas. Je veux être là à son réveil de toute façon…
- C’est plus raisonnable pour vous, et elle sera heureuse de ne pas se trouver seule quand elle ouvrira les yeux…
- Je le pense en effet. Pardonnez-moi de vous abandonner ce soir, embrassez A.J.Jr pour nous.
- Nous ne lui avons rien dit encore, ne vous préoccupez pas de cela. Mais tenez-nous au courant. Nous seront absents le temps d’allez à la Chapelle, après vous nous trouverez sans problème. Bon courage Harm… Nous sommes avec vous…
- Merci Harriett.

Les larmes lui montèrent aux yeux. Cette conversation l’avait émue et réconfortée. La famille du JAG resserrait les rangs derrière lui, derrière eux… Bud et Harriett étaient d’un soutien indéfectible, comme toujours…

Mac bougea dans son lit. Il s’approcha et reprit dans les siennes, la main qu’il avait abandonnée les quelques minutes nécessaires à rassurer leurs amis. Il lui sembla que les cils de la jeune femme bougeaient, elle tourna la tête plusieurs fois… Et soudain, deux grands yeux sombres apparurent dans ce visage meurtri.
- Harm…
- Chut… Je suis là. Tout va bien… Les larmes roulèrent sur son visage.

Le silence retomba… Il attendit encore quelques minutes qui lui parurent une éternité. Enfin, Mac ouvrit les yeux, mais il comprit immédiatement qu’elle était réellement réveillée…
- Hey ! Harm… Comment êtes-vous là ? Dit-elle faiblement.
- Vous n’avez pas cessé de m’appeler, les infirmiers ont trouvé mon nom et mon numéro de téléphone dans votre sac…
- Qu’est-ce que j’ai ? Harm… C’est grave ?
- Et bien je vois que l’on est réveillée ! Intervint le Docteur Clark entrant dans la chambre. Comment vous sentez-vous Colonel ?
- Je ne sens plus mon corps, j’ai des difficultés à parler…
- C’est à peu près tout ce que j’ai trouvé en vous examinant. Vous avez un Ange Gardien de première classe, Colonel… C’est un vrai miracle. Les ambulanciers qui vous ont amenée nous ont décrit votre voiture, ils sont stupéfaits de votre état…
- Alors je n’ai rien…
- Non ! Votre visage est marqué, comme je l’ai expliqué au Capitaine, par le choc avec l’airbag, mais dans quelques jours il n’y paraîtra plus. Un peu de maquillage et ni vu ni connu.
- Ce n’est pas possible Docteur !
- Colonel, c’est Noël…. Passez une bonne nuit, nous nous reverrons demain, je vous laisse en bonnes mains. Le médecin et son assistant quittèrent la chambre laissant les deux amis seuls.
- Harm ! Je suis désolée…
- De quoi ? D’avoir eu cet accident… Remerciez le ciel de vous avoir épargnée.
- Etes-vous allé au Mur ?
- Je n’ai pas eu le temps… J’irai l’an prochain, mon père comprendra.

Il lui sourit et s’avança plus près du lit. Il releva une mèche de cheveux qui barrait son front. Il la contempla un long moment, leurs yeux se croisèrent.
- L’important ce soir, c’est que vous soyez en vie. Et sans blessures conséquentes. Le reste est accessoire. La vie est notre bien le plus précieux Mac.
- Et vous savez ce qui la rend plus belle ?
- Non ?
- C’est que vous soyez avec moi, encore une fois quand les choses tournent mal…
- Vous m’avez appelé, que croyiez-vous que j’allais faire ?
- Je vous ai repoussé, vous auriez pu ne pas répondre.
- Je serai toujours là pour vous Mac, vous le savez bien !
- Sauf quand mon sal caractère me le fait oublier. J’ai honte Harm ! Je vous repousse et quand je suis en danger, je me tourne vers vous…
- Ce sont les liens qu’il y a entre nous, c’est ainsi, vous ne l’ignorez pas, depuis le temps … De mon côté j’ai fait la même chose… Souvenez-vous.
- Vous ne m’avez jamais repoussée, alors que je l’ai fait par deux fois…
- Vous repousser ! Cà je ne le pourrai jamais…. Malgré votre caractère de Marine tyrannique… Vous êtes ce qui compte le plus au monde à mes yeux…

Disant cela, il avait plongé son superbe regard d’océan dans les yeux sombres de Sarah et emprisonné la main de la jeune femme dans les siennes. Il avait parlé comme s’il s’était adressé à lui-même. Devant le regard agrandi et surpris de son amie, il réalisa qu’elle avait entendu son aveu. Il leva la main de Mac et l’amena jusqu’à ses lèvres pour y poser un baiser délicat mais d’une grande tendresse.

L’infirmière survint à ce moment, interrompant sans le vouloir la magie du moment.
- Voulez-vous manger quelque chose Madame ? Demanda-t-elle,
- Je n’ai pas faim.
- C’est bien la première fois que je vous entends refuser de manger, ne put s’empêcher de répondre Harm un petit sourire ironique au coin des lèvres.
- Il faut vous alimenter Madame. Voulez-vous un potage, suivi d’une crème, pour ne pas vous abîmer la lèvre… Pour vous Capitaine, votre plateau arrive.
- Très bien, je ne vais pas le laisser dîner seul. Faites pour le mieux, répondit Mac…

De nouveau seuls, le silence retomba. Leurs yeux se soudèrent de une seconde fois. L’intensité émotionnelle avait montée avec l’aveu qu’il venait de faire. L’intervention de l’infirmière n’avait rien changé. Mac dont l’effet des calmants s’estompait peu à peu, avait parfaitement entendu les propos de son compagnon. Elle en était profondément troublée.
- Vous allez rester près de moi pour le repas de Réveillon… Vous êtes attendu chez les Roberts !
- Je n’irai pas. Ils savent ce qui vous est arrivé. Je les ai prévenus pendant que vous dormiez encore. Je leur ai promis de leur donner d’autres nouvelles plus tard dans la soirée. Et je reste auprès de vous cette nuit…
- Harm vous n’allez pas passer la nuit dans ce fauteuil
- C’est pourtant bien ce que j’ai l’intention de faire avec l’autorisation et la bénédiction du Dr Clark. Il m’a chargé de veiller sur vous… Conclut-il avec une grimace et un haussement d’épaules faussement fatalistes…
- Alors vous allez gâcher votre soirée de Noël à cause moi, dit-elle d’une petite voix…
- Oui ! Et le plus insensé de l’histoire, c’est que j’ai passé une partie de ma journée à chercher comment faire pour ne pas me retrouver en votre présence ce soir !....
- Pourquoi ? Harm ! Vous ne seriez pas venu chez Bud et Harriett ?
- Non. Je cherchais un prétexte pour me désister, quand je me suis aperçu de votre absence. Je ne doutais pas que ce serait vous qui me le fourniriez….
- Expliquez-vous je ne comprends pas…
- Je me suis rendu à votre bureau vers 17 h 45 pour vous remettre les conclusions de l’affaire Lévine. Je ne vous ai pas trouvée. Je vous ai cherchée partout jusqu’à ce qu’on appelle une heure plus tard…Personne ne vous avait vu partir, Jennifer ignorait si vous étiez rentrée ou non de votre déplacement de la matinée… J’ai appelé sur votre potable, à votre appartement… J’ai eu la peur de ma vie…
- Je suis vraiment navrée…

Elle tenta de lui sourire malgré son visage tuméfié, si les lèvres eurent du mal à suivre sa volonté, ses yeux y parvinrent… Harm serra tendrement la main qu’il n’avait toujours pas abandonnée.
- Pourquoi n’étiez-vous pas au bureau cet après-midi ? Vous deviez assurer la permanence ?
- J’ai demandé à Cresswell de rester à Bethesda pour y rentrer le Dr McCool à propos de notre dossier…
- Ce n’est pas avec elle que vous aviez rendez-vous ?
- Non… Je devais voir ma gynécologue… Pas le Dr McCool. Nous nous sommes croisées dans le hall et elle a souhaité que je passe la voir. J’ai donc prévenu le Général, qui m’a répondu que vous seriez là et lui aussi probablement….
- C’est bien le dernier à qui j’aurais parlé de votre absence… Et pourtant… Cà m’aurait évité bien des soucis. D’autant que j’ai interrogé Jennifer…
- C’est ma faute… J’aurais dû vous appeler, d’abord parce que ce dossier vous concerne et aussi afin que vous ne soyez pas étonné de mon absence…
- Mais vous ne l’avez pas fait… Parce que depuis des semaines vous ne m’adressez la parole que lorsque vous ne pouvez faire autrement… C’était ce que je voulais éviter en ne me rendant pas chez les Roberts…

Mac détourna son regard et se répondit rien. Elle se sentait coupable de son comportement puéril et mesurait la frayeur ressentie par son ami devant le bureau vide, l’absence injustifiée… Et le silence !

Harm demeurait les yeux rivés sur sa compagne, sur ces longs cheveux noirs étalés sur l’oreiller. Elle semblait si fragile ainsi abandonnée, dépourvue de toute retenue, telle celle qu’elle adoptait dès qu’elle revêtait son uniforme et qu’elle pénétrait au JAG….

Ils demeurèrent un long moment silencieux. Chacun plongé dans ses propres pensées, n’osant prononcer le premier mot de peur de rompre la magie de l’instant.

Car l’un et l’autre étaient conscients que les griefs, les petites rancunes avaient disparu comme par enchantement. Une fois encore ils s’étaient retrouvés….

Comme à chaque coup de tabac, celui des deux qui était en danger, voyait l’autre voler à son secours. Ce n’était pas une nouveauté, cela faisait plus de neuf ans que les choses étaient ainsi entre eux, y compris dans leurs plus grandes périodes de désaccord.

A suivre.....

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvie94
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 70
Localisation : Q.G. JAG (Europe)
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Sam 23 Déc - 19:53

Harm avait cependant toujours en la question du médecin à propos d’une éventuelle tentative de suicide. Mac lui avait relaté son après-midi, il n’y avait rien trouvé d’anormal. Cependant une interrogation le taraudait sans cesse : pourquoi cet accident.
- Mac ! Que vous est-il arrivé ? Comment avez-vous eu cet accident ?
- Je me souviens que je rentrais au bureau, il faisait déjà nuit et je roulais assez vite.
- Et puis ?
- Il me semble que j’entendais un type à la radio qui jouait les psychologues….Je me rappelle, çà m’a tapé sur les nerfs, j’ai cherché un autre canal…. Et j’ai freiné… Après…
- Oui ?
- Je me souviens de l’ambulance, quelqu’un m’a dit que j’avais eu un accident…
- Vous ne vous souvenez de rien d’autre ?
- Il me semble avoir vu le Dr McCool, mais c’est peu probable. J’ai dû rêver.
- Mon Dieu Sarah ! C’est un véritable miracle… Nous pouvons remercier le Ciel, comme l’a dit le Dr Clark, c’est bien le miracle de Noël…
- Je commence à le croire Harm… Et le miracle c’est aussi que nous soyons ensemble pour le partager. Me pardonnerez-vous ma conduite stupide, mes rebuffades.
Il se leva du fauteuil et s’assied sur le bord du lit… Sa haute silhouette penchée sur le corps fragile prenait une allure protectrice. Il caressa la joue tuméfiée et se penchant délicatement, alla poser un léger baiser sur les lèvres abîmées de la jeune femme.

Sarah leva sa main libre et la porta sur le visage penché sur elle en une douce caresse. Ces gestes simples et tendres les renvoyèrent des années en arrière, en cette mémorable soirée de fiançailles sous la véranda de l’Amiral.

En cette nuit où ils avaient tenté de se dire Adieu, alors que Sarah allait lier sa vie à un autre homme…
- Il y a longtemps que je vous ai pardonné Sarah MacKenzie…. Vous me rendrez fou… Mais je vous pardonne par avance.

Les yeux de Mac se remplirent de larmes et cette fois ce fut elle qui l’attira à elle en lui offrant ses lèvres… Ils se séparèrent quand le souffle leur manqua. Ils n’entendirent pas l’aide soignante déposer les plateaux repas sur la table.

Le regard rivé dans celui de l’autre, ils étaient seuls au monde. Cette chambre d’hôpital n’existait plus, elle aurait aussi bien pu être la plus luxueuse des suites d’un palace quelconque ou une plage dorée au bord de l’Océan…
- Je t’aime Sarah… Je ne veux plus de brouille, je ne veux plus te voir vivre de loin, je veux faire partie de ta vie pour de bon.

Il ponctua sa phrase par un autre baiser, afin de cacher l’émotion qui l’étreignait, ainsi que l’inquiétude de savoir quelle serait la réponse à l’aveu qu’il venait de faire.
- Je t’aime aussi Harm… Même si j’ai été assez stupide pour ne pas l’admettre, pour refuser le croire.
- Alors pourquoi ?
- Peut-être par peur de te perdre, ou de moi-même tout simplement Harm… Elle s’interrompit sous l’effet de l’émotion
- Chutt ! N’en parlons plus… Je te l’ai déjà dit, nous avons tout le temps, je ne veux pas te brusquer… Tu le sais ?
- Oui je le sais, Harm. Mais toutes ces années perdues…
- Ce devait être ainsi…. Il y avait notre métier avec son règlement… Nos vies différentes… Ma Chérie nous devons oublier tout cela et aller de l’avant. Regarder vers l’avenir. Nous sommes encore jeunes, mais il est temps.
- Pourquoi ce soir ? C’est un autre miracle de Noël ?
- Peut-être, mais j’ai eu si peur de te perdre. Sarah. Je ne pouvais plus me taire.

Ils s’enlacèrent encore et encore jusqu’à ce que du bruit dans le couloir n’attire leur attention. Harm se redressa et aperçut les repas posés sur la table. Le regard de Mac fit à quelques secondes d’intervalle la même découverte. Ils éclatèrent de rire.

Harm consulta sa montre. Ils n’avaient pas vu le temps s’écouler, il était largement temps de rassurer leurs amis. Il composa le numéro des Roberts.
- Harriett ?
- Harm ! Alors quelles nouvelles.
- Tout va bien. Plus de peur que de mal… Elle n’a aucun traumatisme sérieux. Elle est réveillée.
- Comment se sent-elle ?
- Engourdie et endolorie par le choc, et l’airbag du volant lui a marqué le visage
- Oh mon dieu, elle ne va pas garder de cicatrices
- Non Harriett. Le médecin nous a expliqué que c’était l’affaire de quelques jours… C’est gênant pour parler, manger… C’est pour cela que je ne peux pas vous la passer.
- Savez-vous si elle va rester longtemps hospitalisée ?
- Nous en saurons davantage demain. Comme prévu, je reste ici cette nuit. Si par chance elle pouvait sortir demain je la ramènerai…
- Excellente nouvelle Harm. Je vais pouvoir rassurer tout le monde. Mais ne quittez pas, l’Amiral souhaite vous parler.
- Entendu Harriett, bon Réveillon à tous. Je vous tiens informée.
- Capitaine ! Alors encore quitte pour une frayeur ?
- Oui Monsieur… C’est le moins que l’on puisse dire, d’autant que lorsque l’on m’a appelé, on ne m’a pas donné de détails, inutile de vous dire ce qui m’est passé par la tête durant le trajet.
- J’imagine aisément… Vraiment tous les deux, vous avez le chic pour vous faire remarquer, vous ne changerez jamais… dit l’Amiral en riant.
- Dîtes cela à Sarah Amiral, je n’y suis pour rien. Je me serais bien passé de la sortie, ajouta Harm en riant lui aussi.
- Je m’en doute. Transmettez lui tous mes vœux de bon rétablissement. Je pars chez ma fille dès demain. J’espère revoir notre Cher Colonel en pleine forme à mon retour d’Italie.
- J’y compte bien moi aussi, Amiral. Et je transmets, soyez sans crainte. Bon voyage Monsieur.

Pendant que Harm discutait avec leurs amis, Sarah alanguit sur son lit, admirait la haute stature qui arpentait la chambre en tout sens, la pièce semblait trop petite pour lui. Elle avait une envie folle de se blottir dans ses bras.

C’était rassurant de le voir là, tout près d’elle, prêt à la protéger comme il l’avait fait tant de fois au paravent… Il avait retiré sa vareuse et la blancheur de sa chemise mettait en valeur le bronzage de son visage.

Elle sourit en se rappelant la réflexion aimable de Cresswell ! Huit jours à bord d’un porte-avions en Méditerranée, il faut vraiment se cacher pour ne pas prendre de couleurs… Harm n’avait pas apprécié la remarque… D’autant que Sturgis avait ironisé à son tour… Il est superbe ainsi songea-t-elle… C’est la jalousie qui les fait réagir ainsi.

Harm avait terminé sa conversation, il observait Sarah visiblement perdue dans ses rêves.
- Un dollar pour vos pensées Marine !
- Je veux bien te les donner pour rien du tout… Je regardais ton bronzage et songeais à la remarque du Général…
- Dans ses bunkers il ne risque pas de bronzer… Il va savoir que tu as eu cet accident, Cammie est chez Bud et Harriett…
- Je n’aurais pas pu le cacher ! Je dois avoir une drôle de tête…
- Elle me convient parfaitement, même si je la préfère dans son aspect habituel… Tu ne souffres pas ?
- Je commence à sentir des douleurs dans mes bras et les jambes, mais je crois que c’est normal, les calmants ne doivent plus faire leur travail…

A l’instant où Mac terminait sa phrase, un Père Noël au large sourire franchit le seuil de la chambre. Tout y était, la splendide barbe blanche, le ventre bien rond, les lunettes sur le bout du nez…
- Oh Oh ! Jolie Dame que vous est-il arrivé pour vous trouver ici en un tel soir ? Je vois que votre visage a subi des dommages… Comment puis-je consoler une chose pareille ?
- En lui conseillant de rouler moins vite Père Noël… Afin de ne pas recommencer…
- Je vois, je vois….. Alors pour votre peine, je vous offre cette boite de chocolats… Vous devrez attendre pour le goûter hélas… Mais je suis certain que vous apprécierez….
- Merci Père Noël… Je suis extrêmement gourmande…
- C’est une bonne maladie… Je vous laisse pour continuer ma tournée. Je vois que vous être très bien accompagnée, ajouta le bonhomme devant les mains de Harm et Mac tendrement enlacées… Prenez bien soin d’elle Capitaine, vous avez là un bien joli trésor… Joyeux Noël à tous les deux…
- Joyeux Noël à vous… Et rassurez-vous Père Noël, je suis conscient de ma chance….

Le Père Noël ressortit après un dernier geste de la main.
- Tu penses vraiment que je suis un vrai trésor ?
- Un peu têtue parfois, ma Chérie… Mais un véritable trésor tout de même….Alors Joyeux Noël Marine !
- Joyeux Noël Flyboy….



Fin.

_________________
Sylvie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sedb
fleur bleue
fleur bleue


Nombre de messages : 23
Age : 29
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Dim 24 Déc - 17:37

J'aime beaucoup, merci Sylvie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginie
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Age : 43
Localisation : dans les bras de David James Elliott
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Lun 25 Déc - 18:32

J'adore Sylvie elle est superbe ta fic amour amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitchounette
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 94
Age : 32
Localisation : Au pays des shippers
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   Lun 25 Déc - 23:55

superbe fic sylvie j'adore amour ! vivement la suite !

_________________
"Entre deux individus, l'harmonie n'est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir." Simone de Beauvoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shippers-forum.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 24 Décembre - 17 h 57....   

Revenir en haut Aller en bas
 
24 Décembre - 17 h 57....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 décembre à disney.
» Séjour au castle club Décembre 2009
» SAL "c'était en décembre" d'AMAP
» [Topic Unique] PALAIS DES SPORTS 18 décembre 2010
» [Disneyland Hotel] Notre séjour des 8 et 9 Décembre 09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les shippers en liberté :: Fanfictions :: JAG-
Sauter vers: